www.cambouis.com

Remplacement d'une suspension mousse de haut parleur

Après 10 à 15 ans, les suspensions mousse des boomers tombent en poussière. Réparation d'un JBL 125A, monté sur des enceintes vintage JBL Decade L36. Ce HP était également intégré aux Decade L26.

 


Photo extraite de la plaquette publicitaire des JBL Decade L36

Les suspensions sont bien fatiguées ; elles avaient déjà été refaites (par un professionnel) 15 ans plus tôt.

Après quelques recherches su le net, la décision est prise de réparer sur place.

Le kit, fourni par Midwest Speaker :

- deux suspensions mousse
- deux cacje-noyaux ; sur ce HP, ils ont la particularité d'être concaves.
- deux jeux de 8 cales en deux épaisseurs
- un flacon de colle
- une notice

ce kit est distribué par un réparateur JBLgarantissant la fourniture de pièces détachées parfaitement adaptées. Il s'avère que c'est le cas.

La seule difficulté est de centrer parfaitement le cône. Il y a au moins trois méthodes :

- sans démontage du cache-noyau, collage de la suspension au pifomètre. C'est risqué sur ce HP à cause d'un entrefer très étroit
- sans démontage du cache-noyau, centrage par application d'un tension sinusoïdale à très basse fréquence (quelques herz)
- avec démontage du cache-noyau, centrage par des cales introduites entre la bobine et la partie centrale de l'aimant

C'est la troisième méthode qui a été choisie ; c'est la plus classique, mais aussi la plus longue à mettre en oeuvre.

On trouvera sur Youtube d'innombrables vidéos montrant en détails les trois techniques.

Première opération : récupération du joint (en 4 parties). Sur ces enceintes, le HP étant monté par l'avant, le joint n'a qu'un rôle cosmétique.

 

Élimination de la colle et de la vieille suspension. C'est sale, ça colle comme du goudron. La colle couleur dorée est celle d'origine. celle de couleur noire est celle de la précédente réparation.

Après 1 heure 1/2 et de l'acétone :

Puis, une surprise. Je n'y avais pas fait attention jusque là, mais il reste le bord de la suspension d'origine, laissé en place par le réparateur il y a 15 ans. Il ne s'était pas cassé le bol : vague nettoyage du saladier, puis collage de la suspension sur l'avant du cône.

Un tour sur Google Images pour vérifier que sur ce HP, la suspension est bel et bien montée par l'arrière.

En faisant un petit test, on s'aperçoit que si la suspension est placée par l'arrière, la position de repos de la membrane n'est pas la même. Il devient évident que si le fabricant a placé la suspension d'une certaine façon, ce n'est pas pour rien. En particulier par rapport à la mi hauteur de la bobine. Cette mousse a beau être très souple, son influence est loin d'être négligeable.

Donc, nettoyage.

Ensuite, le cache noyau. Surprise ! Le cache d'origine est toujours là, il ne s'est pas non plus embêté à l'enlever. Juste une vague découpe, et un autre collé par dessus, avec une épaisse couche de cette saleté noire pour masquer la surépaisseur. S'agissant d'un système masse-ressort, l'influence de cette masse parasite n'est absolument pas négligeable. Mais à moins d'être un expert, comment s'en apercevoir à l'oreille quand les dernières écoutes qu'on a eues sont totalement pourries par le court circuit acoustique constitué par une suspension tombée en lambeaux ? A priori, abaissement de la fréquence de résonance et de celle du pic d'impédance maxi, désaccord du bass reflex, graves perturbées et moins dynamiques.

Les restes du cache noyau d'origine, de calui nqui a été conné par dessus, et de la colle de maquillage sont très difficiles à éliminer. Au passage, on voit les belles traces de cutter laissées par l'artiste qui a officié il y a 15 ans. Heureusement sans traverser. Sur un forum JBL où il était question de réfection de suspensions, un intervenant a écrit à peu près "je vous déconseille de refaire vous même, car les 3 premiers HP on les loupe. Comment je le sais ? C'est mon métier". C'est peut-être sur mes HP qu'il s'était fait la main...

Une fois la bobine accessible, mise en place des cales de façon à immobiliser le cône, et éviter tout frottement de la bobine mobile. Il faut éviter que des saletés passent dans l'entrefer.

Nettoyage à l'acétone. L'acétone a légèrement décoloré le cône, mais tout est enfin propre.

 

Encollage au verso afin de fixer la suspension par l'arrière du cône, comme à l'origine, et non par l'avant. La colle fournie évoque la colle vynilique. Application au pinceau.

 

Puis mise en place de la nouvelle suspension, d'abord sur le cône :

Le collage de la suspension est complété par un trait de colle déposé à la seringue au bord du cône, comme montré sur celle vidéo.

La colle devient transparente une fois sèche.

 

Accélération du séchage avec la lampe de bureau (non, ce n'est pas une JLD).

Encollage du saladier là où vient se placer le bord de la suspension. Ensuite, le cône est enfoncé doucement jusqu'à ce que le bord de la suspension vienne se poser et se centrer naturellement.

Puis collage du joint.

Il reste encore à placer le nouveau cache-noyau. Les cales sont retirées, et le cône est déplacé à la main pour vérifier que la bobine est bien centrée. En appuyant non pas au centre, mais au bord du cône. Puis dans l'autre sens en le soulevant par l'arrière, et avec un seul doigt. Quel que soit l'endroit où se fait la pression ou la traction, si tout est correctement centré, il ne doit y avoir aucun frottement.

Donc, encollage du cache noyau, et mise en place en appuyant bien sur le bord jusqu'à ce que la colle ressorte.

Certains suggèrent de recolorer le cône à l'aide d'encre de chine.

Voilà, c'est fini. Les graves et le punch JBL sont revenus.

A refaire dans 15 ans.

 

© jft / www.cambouis.com / tous droits réservés
Validation W3C Unicorn le : 15 juillet 2013
page ajoutée le 21 juillet 2012
dernière révision le 21 juillet 2012